Aller directement au contenu
Ministère des Affaires Etrangères de Finlande

Nokia en leader sur une route inégale - Représentation Permanente de la Finlande auprès du Conseil de l'Europe, Strasbourg : Actualités : Actualités

REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FINLANDE
AUPRÈS DU CONSEIL DE L'EUROPE, Strasbourg


Représentation permanente de la Finlande
31, Quai Mullenheim, 67000 Strasbourg, France
Tel. +33-3-8815 4444, sanomat.ene@formin.fi
English | Français | Suomi | Svenska
Police de caractère normalePolice de caractère plus grande
 
Actualités, 28/02/2011 | Ambassade de Finlande, Paris

Nokia en leader sur une route inégale
 

Chaque jour, 1,3 milliard d’individus communiquent  en utilisant des appareils mobiles Nokia. La voie qui a conduit l’entreprise à la réussite a été pavée de beaucoup d’efforts et de réussites – mais aussi jalonnée de quelques  revers, écrit Eljas Repo, rédacteur en chef de la revue Arvopaperi, le premier magazine finlandais destinés aux investisseurs sur les marchés financiers.

Leader mondial du marché des communications mobiles, Nokia exerce un impact impressionnant sur l’espèce humaine. Toutefois, en septembre 2010,  le conseil d’administration de Nokia a bel et bien du admettre qu’il avait commis une erreur en se séparant de son PDG Olli-Pekka Kallasvuo.

Nokia2Changement de décor: le PDG de Nokia Stephen Elop et sa famille s’acclimatent à la vie en Finlande après leur transfert du Canada.

Un expert en logiciels, Stephen Elop, chef de la Division Affaires de Microsoft a été nommé à sa place. Ce Canadien est le premier non-Finlandais à prendre les commandes de Nokia, qui est, de loin, la plus grosse entreprise finlandaise.
 

 

Le problème, ce n’est pas que Nokia ne sache pas faire des téléphones.

Techniquement parlant, les téléphones Nokia sont probablement meilleurs que leurs rivaux et les systèmes de distribution du Groupe sont plus efficaces. Ces  raisons expliquent pourquoi Nokia a mieux réussi dans les pays en développement et dans les catégories meilleur marché.

Certains analystes de l’industrie disent que les problèmes majeurs de Nokia sont ses bénéfices en perte de vitesse, l’utilisation des systèmes d’exploitation et un certain manque d’imagination au chapitre des téléphones évolués. Durant l’année de récession 2009, Nokia a connu une baisse d’un cinquième de son chiffre d’affaires et a vu ses bénéfices plonger. En 2010, les ventes de Nokia ont légèrement augmenté, tandis que ses bénéfices ont brusquement grimpé. Le prix de l’action est resté à son niveau le plus bas jamais enregistré, ce qui a entraîné des pressions en faveur d’un changement à la tête du Groupe.

Baisse des parts de marché mais Nokia est leader


Lorsque l’institut de recherche Gartner a publié, en novembre 2010, son analyse des actions du marché de la téléphonie mobile, analyse basée sur les chiffres du troisième trimestre, Nokia restait nettement leader de ce marché dont il détenait une part de 28,2%. Cette part était toutefois la plus faible enregistrée depuis 1999. Malgré le glissement de sa part de marché, Nokia a vendu davantage de téléphones. Durant le troisième trimestre, Nokia a vendu 117 millions de téléphones mobiles, c’est à dire plus que jamais auparavant.

Nokia4Fluctuations météo: Ces téléphones sont testés pour leur résistance à l’humidité.

Le marché des téléphones mobiles est devenu plus fragmenté ; Samsung et LG, qui occupent respectivement la deuxième et la troisième position du classement, perdent également des parts de marchés.

 

L’année dernière a été marquée par l’afflux sur le marché de petits fabricants peu connus.

Un autre phénomène a été observé en 2010 : l’avancée des téléphones évolués. Selon Gartner, durant le troisième trimestre, les ventes de ces téléphones ont grimpé de 96% comparé aux ventes durant la même période, un an plus tôt. Nokia, qui s’appuie sur le système d’exploitation Symbia, est le plus gros vendeur au détail de téléphones évolués. A la deuxième place, on trouve les téléphones évolués qui utilisent le système d’exploitation Android de Google, caractérisé par des applications exclusives de ce dernier.

A la troisième place figure Apple, avec son iPhone qui fonctionne avec un logiciel iOS de son crû. L’iPhone doit encore devenir un produit grand public mais il a permis à Apple d’engranger de remarquables bénéfices. Cette entreprise a réalisé, l’an dernier, des profits plus substantiels que Nokia ; le Groupe finlandais a pourtant vendu 100 millions de téléphones mobile de plus que son concurrent.

Des actions au plus bas


Aux yeux de l’actionnaire, Nokia a été décevant. Les attentes et la valeur boursière ont chuté par rapport aux sommets précédemment atteints. Le prix de l’action a glissé pour être au plus bas durant la crise financière ; il doit encore rebondir malgré la reprise générale de l’économie mondiale.

En décembre,  Nordea, la plus grande banque de la région Nordique, cotait l’action Nokia dans ces termes : c’est la seule action finlandaise assortie d’une recommandation « acheter ferme.» Dans l’analyse faite par Nordea, à 7,30 euros, « l’évaluation de l’action Nokia est déjà faiblarde, compte tenu de la position de leader dont jouit le Groupe sur le marché de la téléphonie mobile, de sa gamme renouvelée de téléphones évolués et de son potentiel de croissance sur les marchés émergents en particulier. » Au début de janvier, la valeur de la  NOK avait gagné près d’un euro.
La crise financière et la récession qui a suivi ont été rudes pour Nokia. Le Groupe s’est réorganisé, de manière agressive, et il a fermé plusieurs installations. Les effectifs employés par Nokia n’en ont pas moins augmenté, en 2010, par suite du transfert d’emplois en Inde, en Chine et au Brésil.

La moitié des employés dans les activités Réseaux


Nokia et le Groupe allemand Siemens ont fusionné leurs unités Réseaux en 2007, pour former Nokia Siemens Networks (NSN). Nokia et Siemens en sont copropriétaires, à hauteur de 50/50 ; le contrat énonce cependant que la direction de NSN est confiée à Nokia.  L’entreprise finlandaise détient aussi une majorité de contrôle au conseil d’administration de NSN. 

Bien que le volet Réseaux reste largement inconnu des consommateurs, c’est un employeur majeur. Environ la moitié des 130.000 employés de Nokia travaillent pour NSN. Les quatre premières années de fonctionnement de l’entreprise ont été marquées par toutes sortes de difficultés ; NSN semble cependant avoir enfin fait du bénéfice l’an dernier.

Depuis 2009,  NSN est pilotée par l’Indien Rajeev Suri. NSN exerce ses activités sur tous les continents ; mais l’essentiel de l’équipe de management dirigée par Suri est  basée à Espoo, ville limitrophe à l’ouest d’Helsinki.

Les employés restent les plus nombreux en Finlande


Nokia a connu une réussite particulière en Inde, contrôlant plus de la moitié du marché de la téléphonie mobile dans le deuxième pays le plus peuplé de la planète. En Inde, le nom NOKIA est devenu synonyme de " téléphone mobile."» En Finlande, par contre, il  évoque deux choses : l’entreprise géante et une petite localité située près de la ville de Tampere  et fondée voici environ un siècle et demie.

 

Nokia3Nokia a des usines dans neuf pays, notamment celle-ci, située à Salo, en Finlande.

C’est encore en Finlande que Nokia a le plus grand nombre d’employés :  ils étaient  près de 22.000 à la fin de 2009. En termes d’effectifs employés par le Groupe, l’Inde vient au deuxième rang, suivie par la Chine. Si l’on mesure en euros, la Chine est le plus gros marché de Nokia,

l’Inde vient à la deuxième place.

Les téléphones Nokia sont vendus dans 160 pays ; le Groupe compte des usines de production dans neuf pays (Brésil, Chine, Corée du Sud, Finlande, Hongrie, Inde, Mexique, Roumanie et Royaume-Uni). L’entreprise s’honore d’employer le plus gros effectif de la branche dans les activités R&D, soit 37.000 personnes travaillant dans 16 pays.

Les Finlandais ont longtemps craint que Nokia ne délocalise son siège hors de Finlande. Cette crainte est infondée, au moins si l’on en croit le président de son conseil d’administration, Jorma Ollila. Celui-ci a répété, peu après la nomination d’Elop, que Nokia resterait basé en Finlande. Ollila a fait remarquer que l’histoire du monde des affaires offre le plus souvent de mauvais exemples de ce qui se produit quand de grosses entreprises déplacent leurs sièges.

Nokia a ses racines en Finlande, ce qui explique que son siège devrait également s’y trouver, dit Ollila, qui préside également le conseil d’administration de Shell. Elop a immédiatement annoncé qu’il s’installait en Finlande avec sa famille.

Elop a fait peu d’apparition en public en tant que PDG de Nokia, mais lorsqu’il a annoncé les résultats du troisième trimestre, en octobre, il a déclaré : « Notre entreprise traverse une période singulièrement perturbée dans l’industrie ; les récents résultats démontrent que nous devons revoir notre rôle ainsi que notre approche dans cette industrie. »

 Nokia a un avenir, mais celui-ci sera certainement différent de son passé. Avec Elop à la barre, Nokia redéfinira son rôle sur un marché en constante évolution. La forte position de Nokia en Chine et  en Inde ne manquera pas d’être reflétée dans la nouvelle définition que se donnera le Groupe. La Chine et l’Inde sont en rapide expansion – c’est, précisément, ce que le nouveau Nokia ambitionne lui aussi!

Imprimer

Mise à jour 22/02/2011


© Représentation Permanente de la Finlande auprès du Conseil de l'Europe, Strasbourg | À propos de ce site | Contact